Loading
×

Droits de l’Homme, disparitions forcées et lutte contre l’impunité.


En cette journée internationale des droits de l’Homme célébrant l’anniversaire de l’adoption, le 10 décembre 1948, de la Déclaration universelle des droits de l’Homme (DUDH), la Fédération euro-méditerranéenne contre les disparitions forcées (FEMED) et son réseau de 26 associations-membres présentes sur les deux rives de la Méditerranée souhaiteraient rendre hommage à toutes les familles de disparus, les associations de familles, les défenseurs des droits de l’Homme et les organisations non-gouvernementales qui luttent pour faire toute la lumière sur le sort des disparus

IRAK : Journées noires à Tuz Khormato.


Malgré une visite du bureau du premier ministre irakien, menée par M. Hussein Al-Shahristani en juillet 2013, et déclarant la ville de Tuz Khormato « zone sinistrée », la situation reste particulièrement critique.  A Tuz Khormato, le mois de novembre 2013 a été meurtrier à bien des égards :  

MAROC : Communiqué des parents du détenu-disparu Houcine El Manouzi.


La Famille et les Amis de Houcine EL MANOUZI,  commémorent en ce jour le 41ème  anniversaire de son enlèvement de la capitale Tunisienne le 29 octobre 1972. A l’époque,  Il n’avait pas atteint la trentaine (29 ans), et il exerçait en tant que mécanicien d’avions. Jeune enfant, Houcine avait côtoyé  les milieux de la résistance dans  l’ancienne médina de Casablanca, et il avait milité au sein du syndicat UMT  (Union marocaine du travail) et du parti progressiste  UNFP (Union Nationale des Forces populaires).

ALGERIE : Side event du 12 septembre 2013.


A l’heure où l’Algérie soumet sa candidature pour devenir membre du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU, les algériens sont réprimés et leurs droits bafoués. Le CFDA a présenté jeudi 12 septembre, au palais des Nations à Genève, lors de la 24ème Session du Conseil, son rapport intitulé : Le régime algérien à l’épreuve des droits de l’Homme – L’illusion du changement.

Journée internationale des personnes disparues.


Face à des victimes "invisibles", un devoir impératif de mémoire et de mobilisation. Cette année 2013 nous rappelle que la pratique des disparitions forcées n’est pas l’apanage du passé. Régimes autoritaires ou démocraties, nul n’est exemplaire concernant le combat contre cette violation majeure des droits de l’Homme, qui n’épargne aucun continent.

Disparitions forcées en Tunisie: malgré l’absence de phénomène, un concept méconnu.


La Fédération euro-méditerranéenne contre les disparitions forcées (FEMED) s’est rendue du  20 au 24 juin 2013 en Tunisie afin d’effectuer une mission exploratoire sur la question des disparitions forcées en Tunisie. Cette mission avait également pour finalité d’établir un premier contact avec les institutions nationales et les organisations de la société civile tunisienne traitant à titre principal ou de façon transversale de cas de disparitions forcées.

Le Maroc ratifie la Convention contre les disparitions forcées, une étape importante dans le cadre de la lutte contre l’impunité.


Plus de 6 ans après l’avoir signée, le Maroc a ratifié le 14 mai 2013 la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées. La Fédération Euro-méditerranéenne Contre les Disparitions Forcées (FEMED) se réjouit de cette nouvelle étape dans le renforcement des droits de l’Homme au Maroc et félicite la ténacité des familles de disparus et des associations de défense des droits de l’Homme qui ont permis cette ratification. 

Pages